Au niveau mondial, les projets de loi sur les TPMS sont en pleine évolution. En Europe, encouragée par la volonté de réduire les émissions de CO2, la loi sur les TPMS a été adoptée par le parlement européen en novembre 2009, avec des phases de mise en œuvre qui commenceront en 2012, la conformité à 100 % étant prévue pour 2014. Le TPMS offre une moyenne d'environ 2 % d'économie améliorée du carburant et est considéré comme l'une des améliorations de l'efficacité énergétique que les constructeurs automobiles européens sont en train de mettre en œuvre pour répondre aux nouvelles normes en matière de niveaux moyens d'émissions CO2 par les véhicules. Évidemment, la sécurité est aussi considérée comme un avantage important, mais c'est la volonté de réduire les émissions CO2 qui a poussé vers l'adoption d'un niveau de précision plus strict que celui du TREAD Act aux États-Unis.

Après les législations américaine et européenne sur les TPMS, l'Asie représente la nouvelle grande région dont le marché automobile est mûr pour une législation TPMS.  Le Japon, la Corée, la Chine et l'Inde sont actuellement tous en passe d'adopter une législation similaire. La Corée a déjà confirmé son intention d'adopter cette loi, confirmée maintenant avec un retard de seulement deux mois sur le calendrier européen de mise en œuvre complète. Le Japon, la Chine et l'Inde devraient suivre, probablement dans un délai d'un an ou deux par rapport à ces dates, avec des estimations prudentes pour le Japon en 2017, la Chine en 2018 et l'Inde en 2019.